De la mer à la vigne

Les usines de transformation de poissons génèrent beaucoup de résidus. Actuellement, la majorité de ces déchets est envoyée dans les sites d’enfouissement. Il existe pourtant de nombreuses possibilités pour valoriser ces résidus. On peut les transformer en engrais organiques, comme en France, où ces produits riches en fertilisants sont utilisés dans les vignobles. Même les résidus de crustacés et de fruits de mer peuvent être transformés en fertilisants certifiés biologiques, comme l’a démontré notre étude de faisabilité réalisée il y a quelques années pour un entrepreneur de l’Île-du-Prince-Édouard.

compost

Aquaponie urbaine

L’agriculture urbaine est de plus en plus présente, et elle se diversifie. L’aquaponie, élevage de poissons dont les déjections servent de fertilisant pour les plantes cultivées, commence à faire son apparition. Voici une vidéo qui en présente les principes de base. Toutefois, la mise en place d’une telle activité est plus complexe que l’on pense et nous serons heureux de vous accompagner dans un projet semblable.

Valorisation des résidus de poissons

Les usines de transformation de poissons génèrent des tonnes de résidus, qui sont de plus en plus valorisés sous forme de compost. Mais il y a parmi ces résidus, une partie qui peut représenter une valeur non négligeable. En effet, les peaux de poissons tannées donnent un cuir haut de gamme et très résistant. Une petite entreprise à redécouvert les procédés de tannage, connu depuis très longtemps des autochtones…

Tilapias élevés au Québec?

Début juin, une nouvelle a fait le tour du Québec et m’a valu plusieurs appels téléphoniques. Une ferme aquaponique a été installée au marché Jean-Talon à Montréal. Cette mini-ferme installée dans un container a pour but d’élever des poissons et de purifier l’eau d’élevage en l’utilisant pour fertiliser des légumes.

http://goo.gl/XeDxXg

Ce principe est loin d’être nouveau, mais ce qui est nouveau ici c’est l’espèce de poisson utilisée, le tilapia. Ce poisson est probablement le mieux adapté pour cette technique de production, mais il y a un gros problème, l’élevage du tilapia n’est pas autorisé au Québec! En effet, le Québec est divisé en zones piscicoles et seulement l’élevage des espèces indigènes dans ces zones est autorisé:

http://goo.gl/m5kxgr

Les promoteurs du projet se défendent en utilisant comme argument que l’élevage du tilapia n’est peut-être pas autorisé, mais il n’y a rien dans la réglementation qui l’interdit… Tout est question d’interprétation… Mais selon une source sure, de nouveaux texte sont en rédaction afin d’éviter ce genre de confusion, et il sera bien précisé que l’élevage du tilapia au Québec est interdit… Dommage, car on va encore rater une belle opportunité de développement agricole et piscicole au Québec…