De la mer à la vigne

Les usines de transformation de poissons génèrent beaucoup de résidus. Actuellement, la majorité de ces déchets est envoyée dans les sites d’enfouissement. Il existe pourtant de nombreuses possibilités pour valoriser ces résidus. On peut les transformer en engrais organiques, comme en France, où ces produits riches en fertilisants sont utilisés dans les vignobles. Même les résidus de crustacés et de fruits de mer peuvent être transformés en fertilisants certifiés biologiques, comme l’a démontré notre étude de faisabilité réalisée il y a quelques années pour un entrepreneur de l’Île-du-Prince-Édouard.

compost

Bientôt la fin des engrais chimiques?

La fertilisation azotée des cultures de céréales pose de nombreux problèmes. Les engrais azotés de synthèse sont fabriqués à partir d’hydrocarbures (gaz naturel) et sont facilement lessivables dans le sol, ce qui peut entraîner une pollution des eaux souterraines. Pour éliminer ses problèmes, une nouvelle entreprise américaine est en train de développer un fertilisant naturel à base de probiotiques. Ce produit permet aux plantes de fixer naturellement l’azote de l’air, comme le font déjà les légumineuses.

Cycle azote

Micro-algues

L’utilisation de micro-algues pour purifier des eaux grises et en retirer de l’énergie plus des composés organiques d’intérêt est une piste prometteuse de l’économie circulaire. Un système expérimental a permis de produire de l’énergie, des fertilisants et de l’eau propre!

Micro-algues