Chaussure écologique

La région de Bordeaux en France est connue pour ses vins. Mais faire du vin implique des résidus de raisin qui peuvent devenir encombrant. Alors une jeune entrepreneure de la région a conçu une chaussure à base de pépins et pulpe de raisin, plus de nombreux matériaux recyclés comme le plastique et le liège.

Photo : Zèta

Faut-il réinventer l’agriculture?

En cette période de pandémie, nombreuses sont les personnes qui remettent en cause notre système économique, et plus particulièrement le système agricole. Au cours des dernières décennies, les échanges internationaux se sont multipliés, les pays se sont spécialisés dans la monoculture, et nos régions rurales se dépeuplent. Est-ce qu’il faut changer nos façons de faire et prendre comme modèle cette ferme collective, idéale pour être autonome et revitaliser nos régions?

Opportunité incontournable de construire un avenir économique durable

Un monde post COVID est un monde qui sera très différent d’un monde pré-COVID. Nous avons vu au cours des dernières semaines des appels disant que nous devons saisir cette opportunité, cette situation tragique que nous connaissons aujourd’hui, pour mieux reconstruire, et bâtir une économie plus verte.

L’ascension de l’agriculture urbaine

En 2011, les Fermes Lufa de Montréal construisaient la première serre commerciale au monde sur un toit. En mars 2020, cette entreprise inaugurait la plus grande serre au monde sur un toit. Depuis quelques années, de nombreuses villes ont vu l’agriculture se développer sur leur territoire. Cette tendance va encore s’accélérer pour répondre à une demande des consommateurs de pouvoir s’approvisionner localement. L’épisode de la covid-19 vient encore renforcer ce mouvement. Le modèle des Fermes Lufa va plus loin que la production, il inclut aussi la vente en circuit court en partenariat avec des producteurs et transformateurs locaux en offrant une gamme complète de produits d’épicerie.

Fines herbes

Les Coopératives: Une alternative économique pour l’après COVID-19

Une coopérative est une personne morale regroupant des personnes ou des sociétés qui ont des besoins économiques, sociaux ou culturels communs et qui s’associent pour exploiter une entreprise. De nombreuses études ont démontré que ce modèle économique collectif est plus durable que le modèle individuel. Et on commence à démontrer que les coopératives ont réussi à mieux s’adapter en temps de crise et qu’elles se relèvent plus vite de cette pandémie.

positive-impact

Oenotourisme durable

L’oenotourisme, ou l’agrotourisme viticole, est de plus en plus populaire. Il ne consiste pas seulement à visiter des vignobles, mais comprend aussi toutes les activités connexes, telles que restauration, hébergement, promenades à cheval, etc. Conscients de l’importance qu’accordent les touristes à la protection de l’environnement, les viticulteurs s’adaptent rapidement.

Plastique de chanvre

Les emballages de plastique sont devenus un fléau pour notre planète. Pourtant, le plastique est bien utile, entre autre pour protéger les aliments, ce qui est devenu encore plus vrai pour éviter des contaminations, entre autre comme celle à la Covid-19. Le plastique est un produit dérivé du pétrole, mais il existe d’autres sources de matières premières pour fabriquer du plastique biodégradable. Par exemple, le chanvre industriel, culture relativement simple peut servir à produire un bioplastique dégradable en moins de 3 mois. Alors pourquoi continuer à importer du pétrole, alors que l’on peut cultiver du chanvre chez nous!

Biodegradable-hemp-plastics

Pourquoi une ceinture verte autour des villes?

La Ceinture de verdure protège des aires naturelles qui soutiennent la biodiversité : forêts, zones humides, ruisseaux et dunes. Ces aires naturelles favorisent la santé humaine et écologique. C’est le modèle que la ville d’Ottawa a mis en place dans les années 1950. La Ceinture de verdure compte 20 000 hectares d’espaces verts, dont des fermes, des forêts et des zones humides. On y pratique l’agriculture et le tourisme à pied ou en vélo.

Insectes et algues pour remplacer le soja dans l’alimentation des poulets

La culture du soja est la principale cause de la déforestation amazonienne, et la demande pour le soja est toujours en hausse pour la fabrication de farine destinée à l’alimentation animale, et plus particulièrement pour les poulets. Pour renverser cette tendance, des chercheurs allemands ont réussi a mettre au point une alimentation pour les poulets à base de larves d’insectes et de micro-algue (spiruline). Les larves d’insectes sont élevés sur des résidus organiques et la spiruline peut être cultivée dans des bassins. Le coût reste encore légèrement supérieur au soja, mais avec le temps, les coûts de production devraient diminuer.

Farine insectes