De la mer à la vigne

Les usines de transformation de poissons génèrent beaucoup de résidus. Actuellement, la majorité de ces déchets est envoyée dans les sites d’enfouissement. Il existe pourtant de nombreuses possibilités pour valoriser ces résidus. On peut les transformer en engrais organiques, comme en France, où ces produits riches en fertilisants sont utilisés dans les vignobles. Même les résidus de crustacés et de fruits de mer peuvent être transformés en fertilisants certifiés biologiques, comme l’a démontré notre étude de faisabilité réalisée il y a quelques années pour un entrepreneur de l’Île-du-Prince-Édouard.

compost

Lutte au gaspillage alimentaire

Le gaspillage alimentaire est toujours d’actualité, mais il existe de plus en plus d’initiatives pour le contrer. En voici une intéressante, qui a déjà été tentée à Montréal, mais malheureusement interdite pour non respect des règlements municipaux… Il serait temps de mettre à jour cette réglementation obsolète…

Un nouveau marché pour les résidus agricoles?

L’agriculture génère des tonnes de résidus dont déjà une bonne partie est recyclée bien souvent de manière naturelle, en les retournant dans les champs. Il en reste toutefois encore de bonnes quantités qui pourraient dans l’avenir être recyclées différemment. En effet, une entreprise du Danemark a trouvé le moyen de recycler ces résidus en maison écologique!

maison-biologique

Valorisation des résidus de poissons

Les usines de transformation de poissons génèrent des tonnes de résidus, qui sont de plus en plus valorisés sous forme de compost. Mais il y a parmi ces résidus, une partie qui peut représenter une valeur non négligeable. En effet, les peaux de poissons tannées donnent un cuir haut de gamme et très résistant. Une petite entreprise à redécouvert les procédés de tannage, connu depuis très longtemps des autochtones…