Nouvelles

Une entreprise ayant un impact positif, est-ce possible?

Il semblerait que oui! L’entreprise Spaldel située en Belgique vient d’atteindre cet objectif. En plus d’avoir un impact positif sur l’environnement, cette entreprise réinvesti 5% de ses profits dans la communauté des projets de suavegarde de la nature.

Donc oui il est possible pour une entreprise d’avoir un impact environnemental positif et en même temps se comporter come une entreprise sociale.

Millésime photo créé par wirestock – fr.freepik.com

Une autre bonne raison d’encourager nos producteurs locaux en achetant leurs produits frais!

Comment peut-on repenser l’éducation à l’alimentation ? C’est la question que s’est posé le gouvernement français pour enrayer l’obésité chez les jeunes. Même s’il y a des cours sur l’alimentation dans les écoles depuis 1996, les résultats ne sont pas suffisant. Il faut donc réévaluer les cours et les adapter régulièrement au fur et à mesure de l’offre alimentaire, principalement l’offre de produits surtransformés.

Image: Guide alimentaire canadien

Les bons champignons!

De nouvelles recherches menées par des scientifiques américains ont montré qu’une consommation plus élevée de champignons était associée à un risque de cancer nettement plus faible. Donc consommons davantage de champignons, tout en encourageant nos producteurs locaux. Les champignons cultivés sont disponibles à l’année. Et il semblerait que les meilleurs sont les pleurotes, que l’on peut même cultiver dans notre cuisine!

Se lancer dans la production serricole à moindre coût

Malgré toutes les bonnes volonté de nos gouvernement pour parvenir à l’autosufficance alimentaire, il faut être réaliste en considérant notre climat nordique, difficile de produire en hiver. Il y a bien la solution des serres, mais les investissements sont importants et difficilement accessibles à tous. Malgré cela, il existe un modèle d’affaires développé par mon collègue Jean-Marie Niget d’Innovagro Consultants et avec qui je collabore pour implanter cette nouvelle approche.

Le retour des colorants naturels

Plusieurs secteurs industriels ont recours aux colorants pour améliorer l’apparence des produits naturels. Malheureusement, ces colorants sont trop souvent synthétiques et chimiques, et de moins en moins populaires auprès des consommateurs. Le retour aux colorants naturels est inéluctable, principalement dans les secteurs de l’alimentation et des cométiques. Et c’est le domaine agricole qui peut en profiter, car on peut cultiver certains colorants, comme le pastel pour la couleur bleue!

Crédit photos: Ouest-France

Cultiver les oméga-3? Pourquoi pas!

On le sait depuis longtemps, les oméga-3 sont bons pour la santé, et même plus que ça, ils sont indispensables au maintien d’une bonne santé. On les retrouve des certains produits végétaux comme l’huile d’olive et les graines de lin, mais les meilleurs proviennent des poissons gras tel que le saumon. Malheureusement nos océans se vident et on s’aperçoit de plus en plus que l’élevage des poissons n’est pas ce qu’il y a de plus écologique! Alors c’est le moment de se tourner vers la culture de certaines micro-algues telle que Odontella aurita, qui est présente naturellement sur les côtes françaises et dont la culture peut se faire en bassins ouverts.

Les communautés nourricières

Utopiques ou réalistes les communautés nourricières? Qu’on le veuille ou non, ce concept n’est pas une mode, mais une tendance réelle et nécessaire pour rendre nos territoires productifs, améliorer notre qualité de vie et soutenir notre agriculture locale.

L’agriculture biologique a toujours le vent dans les voiles!

Convaincue des bénéfices environnementaux de l’agriculture biologique, la Commission européenne présente un plan d’actions pour stimuler la demande en produits bio. À l’heure actuelle, environ 8,5 % de la superficie agricole de l’UE est cultivée selon le mode biologique et l’objectif visé pour 2030 est d’atteindre 25 %.