Le panic érigé, une alternative aux énergies fossiles!

Le coût des énergies fossiles ne cesse d’augmenter et il est temps de trouver des alternatives. Le panic érigé est une plante originaire d’Amérique du Nord et qui fournit une grande quantité de biomasse. Il est très peu exigeant, se cultive dans toutes sortes de sol et se récolte tous les ans avec les même équipements que pour le foin.

Il faut produire plus de fruits et de légumes au Canada

La pandémie qui s’éternise nous a fait réaliser que nous sommes trop dépendant des autres pays pour notre alimentation. C’est le temps de planifier différentes alternatives pour produire davantage de fruits et de légumes. SOL-AIR Consultants peut étudier avec vous quelle est la meilleure technique de production, telles que culture en serre chaude ou froide, grand tunnel froid, et même culture en bâtiment fermé. Nous avons les équipements et les plateformes pour travailler à distance, tout en maintenant un contact régulier avec nos clients.

Fraises en serre et culture intérieure

Stockage naturel du carbone

La matière organique des sols agricoles est la base de la fertilité. Elle est également un réservoir de carbone qu’il faut entretenir pour maintenir les sols en bonne santé. En mettant en place des bonnes pratiques culturales, l’agriculture peut faire partie de la solution contre le réchauffement climatique.

Réduire les émissions de CO2 en agriculture

Souvent pointée du doigt comme principale responsable du réchauffement climatique, l’agriculture avec de bonnes pratiques peut renverser la situation. En effet, les sols agricoles peuvent devenir des pièges à carbone s’ils sont bien gérés. « Le levier le plus important pour stocker du carbone dans le sol est de laisser les sols à nu le moins longtemps possible. Il faut profiter de l’ensoleillement et de la capacité du sol à produire de la matière organique par la photosynthèse autant que faire se peut ».

Un jour viendra où les pays du Sud nous apprendrons à cultiver…

C’est un mode de culture qui n’est ni biologique ni conventionnel tel qu’on le connaît, c’est la GIFS. Mais qu’est-ce que la GIFS? C’est la Gestion Intégrée de la Fertilité des Sols. Cette technique développée par des femmes africaines consiste à maintenir un niveau optimum de fertilité du sol en rajoutant si nécessaire des fertilisants organiques ou minéraux, mais toujours à petites doses. Les résultats sont étonnants avec des améliorations de rendement variant de 2 à 4 fois plus pour le riz par exemple.

Recycler des serres pour cultiver des variétés de tomates anciennes

Selon les standards de l’agriculture actuelle, chaque production doit se faire dans des serres spécialement conçues pour être rentable. Mais est-il possible de recycler des serres pour cultiver autre chose et être rentable? Il semble bien que oui, et cela fait partie de l’économie circulaire.

Est-ce qu’il y a un avenir pour l’agriculture et l’alimentation industrielles?

En tant que consommateur, nous sommes bombardés d’informations vantant les bienfaits de l’agriculture industrielle car c’est le seul moyen de nourrir la planète, que pour nous alimenter correctement, il faut acheter des plats prêtes à l’emploi car nous n’avons plus le temps de cuisiner… Mais l’industrialisation est-elle la meilleure solution? Est-ce que nos producteurs agricoles ont d’autres alternatives? Cette vidéo apporte quelques réponses.

Jagros – Jeunes Agros & Souveraineté alimentaire

Les communautés nourricières

Utopiques ou réalistes les communautés nourricières? Qu’on le veuille ou non, ce concept n’est pas une mode, mais une tendance réelle et nécessaire pour rendre nos territoires productifs, améliorer notre qualité de vie et soutenir notre agriculture locale.

Impact de notre modèle alimentaire sur le territoire agricole

On a tous entendu au moins une fois cette citation d’Anthelme Brillat-Savarin: Dis moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es. À partir de cette citation, soit ce que l’on mange, on peut maintenant évaluer l’impact de notre type d’alimentation sur la superficie nécessaire pour nourrir un groupe de personnes, les emplois agricoles induits et les impacts écologiques des activités agricoles en jeu. Il existe un nouvel outil en ligne nommé PARCEL qui permet ce type de calcul. On peut également modifier certains paramètres comme pourcentage d’aliments biologiques et quantité de viande consommée, pour voir le nouvel impact. Cet outil est pour l’instant disponible uniquement pour des données de base provenant de France, mais espérons qu’il le sera partout dans le monde sous peu.

Le bio nullement affecté par la COVID-19

La pandémie actuelle a fait prendre conscience aux consommateurs de l’importance de l’achat local, surtout pour l’alimentation. Les campagnes de publicité à ce sujet semblent porter fruit, et les producteurs biologiques sont les premiers a en profiter. Les abonnements pour des paniers bio ont enregistré un record cette année, et l’offre ne suffit pas à la demande. Allons-nous vers un renouveau majeur du système de commercialisation des produits alimentaires?

paniers-bio

PHOTO : ISTOCK