L’ascension de l’agriculture urbaine

En 2011, les Fermes Lufa de Montréal construisaient la première serre commerciale au monde sur un toit. En mars 2020, cette entreprise inaugurait la plus grande serre au monde sur un toit. Depuis quelques années, de nombreuses villes ont vu l’agriculture se développer sur leur territoire. Cette tendance va encore s’accélérer pour répondre à une demande des consommateurs de pouvoir s’approvisionner localement. L’épisode de la covid-19 vient encore renforcer ce mouvement. Le modèle des Fermes Lufa va plus loin que la production, il inclut aussi la vente en circuit court en partenariat avec des producteurs et transformateurs locaux en offrant une gamme complète de produits d’épicerie.

Fines herbes

Les aliments bio encore plus populaire

En Europe, les ventes de produits biologiques continuent à progresser, même pendant la période de pandémie. Les grandes entreprises de distribution agroalimentaire n’ont pas eu le choix de s’adapter et les aliments bio sont présents partout. Le regain d’intérêt pour l’achat local pendant la période de confinement a également eu un effet positif sur les ventes de produits bio.

Évolution bio europe

Nous devons revoir notre système d’approvisionnement alimentaire

La COVID-19 nous a quand même appris plusieurs chose sur notre système d’approvisionnement alimentaire, dont ses faiblesses et que l’on doit le revoir en partie. Il n’est plus possible de continuer à centraliser certaines opérations, comme l’abattage des animaux dans quelques méga-abattoirs. La fermeture d’un seul de ces abattoirs met en péril l’approvisionnement en viande et déséquilibre tout notre système d’élevage. Résultat? Des comptoirs de viandes vides d’un côté, et des surplus d’animaux vivants d’un autre côté. Il existe pourtant des solutions pour se réapproprier l’abattage régional a peu de frais, éviter de faire voyager les animaux pendant des heures (voir des jours) dans des camions, et retrouver de la viande locale dans nos épiceries. Une des solutions qui commence à prendre de l’ampleur dans quelques pays, et testée dans quelques provinces canadiennes est l’abattoir mobile. Décrié par certain, il fait le bonheur des autres… Et surtout n’essayons pas réinventer la roue, il existe des modèles clé en main tout à fait compatible avec les normes de salubrité les plus sévères et à des prix inférieurs à 500 000 $!

Les effets positifs de la COVID-19

Tout le monde le reconnaît, ce qui se passe actuellement sur la planète est du jamais vu. C’est un total chamboulement de nos habitudes et ça nous dérange énormément. Les effets négatifs sont nombreux et relégués en continue par tous les médias. Mais pour beaucoup d’entre nous, c’est une prise de conscience qui démontre que notre système économique actuel est malade et qu’il faut retrouver des valeurs plus humaines. Et la beauté de l’être humain, c’est qu’il a une capacité d’adaptation assez rapide. On commence à percevoir les effets positifs de cette crise, surtout en ce qui concerne nos habitudes d’achat alimentaire. Une nouvelle preuve, cet engouement pour la viande locale en Alberta, alors que c’est la province réputée pour ses grands élevages intensifs et ses grandes usines d’abattage et de transformation de la viande. Maintenant, les petits éleveurs et transformateurs de viande ont de la difficulté à répondre à la demande!

PHOTO : RADIO-CANADA

Consommation locale

En Europe, la perception des produits locaux est extrêmement positive. Ils sont en effet appréciés par une très large majorité (89%) contre 17% seulement qui déclarent ne pas y prêter attention. Ils sont reconnus en premier lieu pour leur qualité (84%) et le respect des conditions et procédés de fabrication (81%). Cette tendance lourde se fait ressentir jusqu’en Amérique du Nord.

cropped-marchc3a9-longueuil-1.jpg

Seriez-vous capable….

De faire votre épicerie pendant 1 mois sans aller dans un supermarché? Février sans supermarchés en est à sa quatrième édition en Europe et les objectifs sont nombreux: favoriser l’achat local (circuit-court), redécouvrir les producteurs locaux, diminuer l’empreinte carbone comparativement aux produits importés.

Et si vous deveniez agriculteur pour récolter ce que vous désirez?

Etre propriétaire de la ferme du coin, choisir ce qu’elle va produire et prendre son vélo pour y faire ses courses chaque semaine : cette exploitation d’un nouveau type a vu le jour aux Pays-Bas en réponse au défi du changement climatique. Le concept est simple, en tant qu’actionnaire de la ferme, vous choisissez ce que vous voulez manger, et l’agriculteur produit selon vos besoins.

Ferme Hollande

Bio ou local?

C’est devenu la grande question lorsque l’on fait nos achats alimentaires. Doit-on privilégier les aliments bio dépourvus de pesticides, plus sains et meilleurs pour l’environnement ou bien encourager l’économie locale et aussi prendre soin de l’environnement? Le débat est lancé!