L’agriculture biologique a toujours le vent dans les voiles!

Convaincue des bénéfices environnementaux de l’agriculture biologique, la Commission européenne présente un plan d’actions pour stimuler la demande en produits bio. À l’heure actuelle, environ 8,5 % de la superficie agricole de l’UE est cultivée selon le mode biologique et l’objectif visé pour 2030 est d’atteindre 25 %.

Agriculture locale ou biologique

La question devient de plus en plus ambigue, doit on produire nos aliments de manière biologique, traditionnelle, dans de la terre, et les faire voyager sur toute la planète? Ou alors, produire localement, sans pesticide, mais sans terre dans des immeubles reconvertis pour la culture hydroponique?

Moins de diabète avec les produits bio!

C’est la première fois qu’une étude est menée à grande échelle pour vérifier l’impact de la consommation d’aliments biologiques sur la santé humaine. Les résultats sont intéressants, 35 % moins de diabète chez ces consommateurs. Et l’effet est encore plus marqué chez les femmes.

Les aliments bio encore plus populaire

En Europe, les ventes de produits biologiques continuent à progresser, même pendant la période de pandémie. Les grandes entreprises de distribution agroalimentaire n’ont pas eu le choix de s’adapter et les aliments bio sont présents partout. Le regain d’intérêt pour l’achat local pendant la période de confinement a également eu un effet positif sur les ventes de produits bio.

Évolution bio europe

Le bio nullement affecté par la COVID-19

La pandémie actuelle a fait prendre conscience aux consommateurs de l’importance de l’achat local, surtout pour l’alimentation. Les campagnes de publicité à ce sujet semblent porter fruit, et les producteurs biologiques sont les premiers a en profiter. Les abonnements pour des paniers bio ont enregistré un record cette année, et l’offre ne suffit pas à la demande. Allons-nous vers un renouveau majeur du système de commercialisation des produits alimentaires?

paniers-bio

PHOTO : ISTOCK

L’agriculture du futur

Avec une population qui augmente rapidement, et l’expansion des villes, il faut trouver des moyens de produire notre alimentation sur des surfaces cultivables qui diminuent chaque année. L’agriculture urbaine et verticale est une technique appropriée. En plus d’atteindre des rendements très élevés par superficie, elle n’utilise aucun pesticide de synthèse. C’est ce genre de projets que SOL-AIR Consultants aime développer et accompagner. //embedftv-a.akamaihd.net/7d868db5d773418d8f3e5421bcc2676d 

Ag verticale NY

Terminé le désherbage manuel en culture biologique!

Les produits biologiques coûtent généralement plus cher que les produits conventionnels. Une des principales causes est le besoin supérieur en main d’oeuvre, surtout pour le désherbage. Jusqu’à ces dernières années, le paillage plastique pouvait être autorisé en agriculture biologique, mais les nouvelles normes n’autorisent plus cette technique. La seule autorisée est l’utilisation de paillis biosourcé entièrement dégradable. L’industrie s’est adaptée, et il existe maintenant quelques produits qui répondent aux nouvelles normes, dont un paillis fait de chanvre.

Paillis chanvre 1

Manger bio serait meilleur pour l’environnement!

Une récente étude démontre que la production biologique émet moins de gaz à effet de serre, consomme moins d’énergie fossile et utilise moins de surfaces agricoles. L’étude précise toutefois que les consommateurs bio consomment moins de viande, et que le panier d’épicerie coûte un peu plus cher.

Manger bio

Véhicules électriques jusque dans les champs!

Il n’y a pas que sur les routes que les véhicules électriques sont de plus en plus populaires, l’agriculture s’y met aussi! Et c’est dans les vignobles que la tendance est la plus forte. Avec une demande croissante pour les vins bio, il est normal que tout le processus de production devienne plus écologique, dont l’utilisation de tracteurs électriques.

Tracteur electrique

Photo : Beagle Saudel

La biodiversité est menacée!

Grosse nouvelle cette semaine! La biodiversité est menacée! Pourtant on en parle depuis plusieurs années, et des études ont démontré que l’agroécologie est probablement le meilleur moyen pour maintenir une biodiversité et contrer le réchauffement climatique. Les résultats montrent que malgré une baisse de la production agricole de 35 %, cette méthode permettrai de nourrir plus durablement 530 millions d’Européens tout en dégageant un surplus en céréales, produits laitiers et vins (ou pour les français, du pain, du fromage et du vin!).

Biodiversite