Les aliments bio encore plus populaire

En Europe, les ventes de produits biologiques continuent à progresser, même pendant la période de pandémie. Les grandes entreprises de distribution agroalimentaire n’ont pas eu le choix de s’adapter et les aliments bio sont présents partout. Le regain d’intérêt pour l’achat local pendant la période de confinement a également eu un effet positif sur les ventes de produits bio.

Évolution bio europe

Sacs en papier transparent pour laitues

Pour en finir avec les sacs de plastique utilisés pour emballer les laitues, une entreprise a créé un emballage en papier translucide. Cet emballage possède les mêmes propriétés que le plastique, en agissant comme barrière aux micro-organismes et en allongeant la durée de conservation. Mais il a aussi les propriétés du papier et est compostable.

Laitues plastqiue

Découvrir le Canada en français

Même si la crise sanitaire tire à sa fin, il est encore difficile de voyager d’un pays à l’autre. Alors pourquoi ne pas en profiter pour redécouvrir le Canada, tout en parlant français? Il y a tellement de lieux à visiter qu’une année ne suffira pas. Rendez-vous sur le site Corridor Canada.

musée civilisation

Le nouveau visage des villes

La pandémie actuelle nous a fait prendre conscience de l’importance d’avoir accès à l’alimentation. Depuis le début de la crise, de nombreuses initiatives ont été prises pour favoriser un rapprochement entre la production et les consommateurs. Les circuits courts se mettent en place et les locavores sont de plus en plus nombreux. Pour répondre à cette tendance, la ville de Nantes, en France, a décidé de faire pousser des légumes à la place des habituelles fleurs. Un exemple que devrait suivre toutes les villes!

Légumes ville 2

Les vitres du futur

Depuis quelques années, des chercheurs tentent de transformer les vitres des maisons en générateurs d’énergie solaire, avec plus ou moins de résultats. Les derniers résultats laissent entrevoir de belles opportunités avec les colorants photochromes.

Vitre photo

Photo: © CEA-IRIG

La crise : Un terrain fertile pour la coopération

Lundi prochain le 15 juin, j’animerai un webinaire sur les coopératives organisé par l’Association of Cooperative Educators. J’en profiterai pour faire une courte présentation de CoopZone, le réseau des développeurs de coopératives du Canada. Ce webinaire est le début d’une série de 9 et est entièrement gratuit. Vous pouvez vous inscrire en cliquant ici. 

ACE logo

La COVID-19 déjoue les prévisions…

Dès le début de la pandémie, ce fut l’affolement général dans les épiceries, tablettes désespéramment vides par peur d’une pénurie alimentaire. Puis les médias y vont de leurs prévisions alarmistes, le prix des aliments va augmenter, jusqu’à 30% de plus selon certains  »spécialistes »… Mais qu’en est-il après bientôt 3 mois de pandémie? C’est plutôt l’inverse qui s’est produit, au niveau mondial le prix des aliments a baissé pour atteindre son plus bas niveau en 17 mois….

Baisse prix aliments

Crédit photo: © FAO/Max Valencia

Mais où sont passés les super-aliments?

Depuis le début des années 2000, on voyait apparaître régulièrement de nouveaux aliments considérés comme indispensables pour une bonne santé. Il y a eu la spiruline, micro-algue miracle, les graines de quinoa pleines de vitamines, le chou kale, plein de bonnes choses et d’antioxydants. Mais qu’en est-il vraiment? Sont ils aussi miraculeux qu’on le dit? La réponse est peut-être que oui si on en mange des quantités phénoménales, mais aucune étude sérieuse ne l’a encore démontré! Alors, une alimentation variée et équilibrée restera toujours le meilleure moyen d’être en bonne santé!

super-aliments

Nous devons revoir notre système d’approvisionnement alimentaire

La COVID-19 nous a quand même appris plusieurs chose sur notre système d’approvisionnement alimentaire, dont ses faiblesses et que l’on doit le revoir en partie. Il n’est plus possible de continuer à centraliser certaines opérations, comme l’abattage des animaux dans quelques méga-abattoirs. La fermeture d’un seul de ces abattoirs met en péril l’approvisionnement en viande et déséquilibre tout notre système d’élevage. Résultat? Des comptoirs de viandes vides d’un côté, et des surplus d’animaux vivants d’un autre côté. Il existe pourtant des solutions pour se réapproprier l’abattage régional a peu de frais, éviter de faire voyager les animaux pendant des heures (voir des jours) dans des camions, et retrouver de la viande locale dans nos épiceries. Une des solutions qui commence à prendre de l’ampleur dans quelques pays, et testée dans quelques provinces canadiennes est l’abattoir mobile. Décrié par certain, il fait le bonheur des autres… Et surtout n’essayons pas réinventer la roue, il existe des modèles clé en main tout à fait compatible avec les normes de salubrité les plus sévères et à des prix inférieurs à 500 000 $!